Fil de Campagne… Mars ’20

Fil de Campagne…

Mars ’20

Il avait pourtant bien commencé ce mois de mars, insouciant ou presque, scrutant les jours ensoleillés, profitant de chaque rayon de soleil entre les gouttes…

J’avais commencé par accrocher à mon fil, tendu cette année , au fil des mois, un carnaval joyeux et coloré, rempli de rires, de jolis costumes, en grande partie fabriqués HomeMade, par des parents jouant le jeu de mes super-petits-héros-du-zéro déchet à l’école…pas de confettis certes mais de généreuses poignées de sourires, de bonheurs, lancés au son des grelots et des musiques pour notre défilé du printemps….

J’avais accroché de jolies lumières au matin, de ces petits détails qui annonçaient l’arrivée du printemps, de la lecture de magazines inspirants, de nouveaux projets pour ma classe, des oiseaux rigolos, des nichoirs en carton, des jeux de fleurs et d’insectes colorés….

J’avais attaché avec de jolis rubans et foulards, un vent de printemps aussi dans ma garde-robe, plus légère, délestée de nombreux vêtements, ( le vent du printemps est souvent un vent minimaliste et d’air frais ) un bouquet de violettes ( les premières aperçues sont toujours un bonheur !! ), un nichoir dans les arbres pour nos mésanges , si nombreuses dans notre jardin arboré, des fleurs colorées pour en faire de jolis compositions nature . Après avoir vu un reportage sur le « slow flower », j’avais à coeur de mettre à l’honneur les trésors fleuris et autres trésors que l’on peut trouver dans les petits chemins, branches d’épiniers, de laurier décoratif, de forsythia ou bien encore de malus…sans avoir besoin d’aller acheter des fleurs venant de l’autre bout du monde, et bien souvent cultivés à grand renfort de produits phytosanitaires, au mépris de la santé de ceux qui s’en occupent…heureusement, on trouve des fleuristes en France, soucieux de proposer des fleurs de saison, produites dans de petites exploitations…merci à eux !! Et on peut composer des bouquets avec ce qu’il y a dans la nature….merci à elle !

Et puis mon fil s’est tendu…menaçant de rompre…au beau milieu du mois…grignoté, attaqué par un virus nous venant de la Chine lointaine….Oh, il avait commencé à inquiéter bien sûr, les fils d’information relatant au jour le jour et commençant un décompte macabre de victimes , loin, bien loin de nous , puis la mondialisation oblige, de part les échanges internationaux, les voyages, le commerce, le virus est arrivé à nos portes, puis est entré sans rien demander à personne…semant trouble et chaos …jetant un voile sombre sur les jours où le soleil était revenu…

J’ai dû accrocher sur mon fil, une affiche «  Ecole fermée…pour durée indéterminée… »

J’ai dû accrocher sur mon fil, un panneau «  Transition pédagogique en cours… »

J’ai dû accrocher sur mon fil , une pancarte «  Je reste à la maison »

Et me voilà depuis une quinzaine de jours, en équilibre sur mon fil, plus que jamais en équilibre…tentant tel une équilibriste, une funambule, de garder les deux pieds bien dessus, et tentant d’avancer, pas après pas, jour après jour, en essayant de regarder vers l’horizon…

Il en faut du travail pour garder ce regard optimiste, je ne l’ai jamais été de naissance, mon fond a toujours été plutôt sombre, derrière une façade gaie et joyeuse…mais j’ai fait le choix il y a quelques années de cultiver ces étincelles du bonheur, de les allumer, de choisir les jolies choses du quotidien…mais dans cette période trouble et instable, mes démons me poursuivent, mes émotions me font me sentir comme sur un fil de montagne russe, hauts et bas se succédant sans relâche, sérénité et angoisse se jouant de moi, souvent le soir venu… m’obligeant à regarder en face, à penser à cette drôle de chose qu’est la Vie, qu’est la Mort ( elle ne tient parfois qu’à un fil… ) , me rappeler à mes essentiels, à l’Amour, à la Famille…

Me voilà donc, épinglant sur mon fil, des bribes , des extraits de journal d’une maîtresse confinée…

(…)

mardi 24 mars

Journal d’une maîtresse confinée…

« Parce qu’en effet, pour la maîtresse de maternelle que je suis, ce ne sont pas les vacances, que le rythme de la semaine, de la journée continuent à me trotter dans la tête (et dans la tête de beaucoup de mes collègues j’en suis certaine ) que les petites alarmes sur mon portable, mises en place en début d’année avec les enfants, continuent de faire retentir leur petite mélodie à 11h55, « c’est l’heure de la cantine et de la maison madame  !!! » et à 16h12  » c’est l’heure du bus madame !!! »…. Parce que c’est essentiel de garder à l’esprit que dans le village où j’enseigne, là bas, loin de moi, mes petits loulous et leurs parents essaient tant bien que mal de passer le temps, confinés ( certains ont la chance d’avoir un jardin, d’autres non…) parce que je me dois de préserver ce lien avec eux, avant toute continuité pédagogique… Mais aussi pour cela… Voilà un peu de ma vie de maîtresse confinée…

Elle commence par un bon jus d’orange, plein de vitamines !!! Le bureau ensuite m’attend sagement (bon OK, sur la photo, il est super bien rangé mais ce n’est qu’illusion …) vérifier les boîtes mail, académiques, perso, répondre aux parents, télécharger les photos qu’ils m’envoient pour garder une trace des jolies activités qu’ils font, mettre sur l’ordi les miennes qui vont me servir à envoyer et illustrer les activités que je leur envoie tous les jours (certains attendent avec impatience le p’tit mail de madame le matin 💕), imprimer certains documents, mettre à jour mon semainier pour suivre le fil, écrire les textes accompagnant les activités proposées, devoir laisser la place à mes grands pour imprimer ou scanner ou envoyer leurs travaux à rendre au collège ou au lycée… Faire une pause, c’est la récré !!! Un petit café en pensant à ma collègue Virginie et mes deux super atsem qui travaillent avec nous d’habitude, Laurence et Christine 💕 et je remonte au bureau, histoire de terminer les envois sur les boîtes mail des parents et publication sur mon compte Insta de happy teacher… Je ne suis pas habituée à être autant assise et devant un ordi…. C’est sûr, le quotidien de la classe est bien différent… C’est aussi beaucoup plus silencieux ici … Parfois, souvent, les rires, les blablabla de mes petits zouaves me manquent… Je n’ai pas ce sentiment quand je suis en vacances…. C’est vraiment un autre état d’esprit au fil des jours de ce confinement …. Je consacre bien souvent l’après midi à réfléchir à d’autres activités avec Boucle d’Or, notre mascotte ou Gribouille la grenouille, maître zen et yoga, que je pourrais proposer…. Voilà pourquoi Boucle d’Or me suit partout au jardin, ce sera parfait pour les petits curieux de la nature ! Et je lis, tous les jours, vers 16h30, quand les loulous sont partis de mon école virtuelle, une demie heure, parfois plus …accompagnée d’un thé réconfortant, dans un de mes mugs préférés ( merci Lucie ❤️)

Je mesure qu’il ne me faut pas beaucoup de courage pour assurer mon travail à distance, et je mesure la chance de pouvoir m’occuper l’esprit avec ce genre d’emploi du temps… Les enfants, à leur manière m’aident aussi à garder les pieds sur terre et lorsque je lève le nez au ciel, j ‘espère toujours y apercevoir un de ces jolis nuages en forme de cœur qui irait jusqu’ à eux….

Demain, c’est mercredi…. »

(…)

Ou bien encore quelques « Réflexions en passant… » , parce que l’écriture me fait du bien, m’apparaît comme indispensable lorsque ma tête est trop pleine, lorsqu’il est vital de coucher sur le papier ces sentiments qui me traversent, pour mieux les accueillir, les regarder , les comprendre, les accepter, les dépasser et en faire une force intérieure…

Lundi 23 mars

« Quand malgré la chaleur douce du soleil et sa présence réconfortante, le doute et l’inquiétude s’immisce dans mes pensées…Quand la vue du sac rempli d’affaires de rechange de mon homme, préparé avant de partir travailler, dans le cas où il devrait rester dans son service, me plonge dans un état d’esprit trouble et mélancolique…quand l’écoute, pourtant courte, du fil info à la radio, ne m’apporte qu’un sentiment de stress et d’inconfort… Il me faut trouver refuge…Refuge dans l’écriture, dans la lecture, refuge dans cette cabane au beau milieu de la forêt, près d’un lac gelé de Sibérie… ( merci Sylvain Tesson de me procurer cet abri ) même si dehors il fait -40 ° et que les conditions de vie sont plus que minimalistes et sommaires…Refuge dans les tâches quotidiennes du travail à distance pour mes loulous et leurs parents qui essaient de les accompagner du mieux qu’ils peuvent, dans la paperasse et les documents à imprimer, scanner, envoyer ,pour mes grands qui ont des échéances importantes…Trouver refuge dans ces activités quotidiennes, ces rituels d’entretien de la maison, dans la préparation de repas, simples et réconfortants, la préparation de douceurs gourmandes, pour un moment oublier, se glisser dans une parenthèse de vide, un cocon…Loin de moi l’idée de me plaindre de cette cage dorée, il y en a tant qui n’ont pas cette chance, ce cadre de vie, cette possibilité de prendre le jardin….

Trouver refuge pour que le trop plein d’émotions en tout sens, soit contenu, rationalisé, posé, surmonté…

C’est la première fois aujourd’hui que je sens une petite faille en moi, une fêlure par laquelle mes larmes pourraient couler, comme un léger voile ( encore léger… ) gris recouvrant cette volonté de garder le beau et le positif à l’esprit…

Alors je reprends la lecture, je ferme les yeux le visage au soleil, j’écoute les oiseaux et je tente de respirer pour apaiser mes doutes….

Et je partage cet écrit à l’univers, avec ou sans écho, parce que ça fait du bien… »

 

(…)

Samedi 28 mars

« Voilà que je mets à écrire à la « Sylvain Tesson », enfin à mon niveau, je n’ai pas encore la grosse tête ou les chevilles qui enflent , après un peu plus de 10 jours de confinement et d’écriture quasi journalière…non, simplement je retrouve aujourd’hui cette écriture saccadée et un peu Pêle-mêle, certains jours, de son journal écrits lors de ces six mois de vie dans une cabane dans les forêts de Sibérie…

Ce matin, la douche froide a permis de cacher les larmes qui pointaient déjà au réveil, en songeant à mon homme parti travailler dans son service de soins aux personnes en fin de vie. Le froid anesthésie mes pensées. Garder le sens, rester rationnelle, ne pas sombrer comme hier soir tard,m’occuper l’esprit, ne plus penser. Je ne sais pas si je vais y arriver. Je doute. Je me suis retrouvée à une heure du matin à marcher dans le silence de la maison parce qu’allongée, les sombres pensées m’assaillaient.

Je ne veux plus ouvrir la radio. Je ne peux plus.

Ce matin, j’ai besoin d’une jolie théière, d’un thé parfumé bergamote et senteurs fruitées. Un thé en vrac au nom si étrange en cette période, « le thé des vacances ». Drôle de vacances, qui ne le sont pas. J’ai besoin de la pulpe du jus d’orange fraîchement pressée. J’ai besoin de sentir le pain cuit hier par mon homme après sa journée de travail. Il sent bon, le levain, la campagne, le vrai. J’ai besoin de ces petits détails, de ces essentiels, pour que ma journée puisse enfin commencer.

J’ai la sensibilité à fleur de peau, la moindre pensée peut me faire basculer dans une cascade d’eau salée. Il faut que je me mette en route, que j’occupe mon esprit. Mon petit déjeuner de contemplation des oiseaux, habituellement moment de quiétude absolue, ne doit pas me laisser m’engourdir dans le froid et l’abîme de mes tristes pensées.

Je vais mettre de la musique. High Hopes. Voilà ce qu’il me faut ce matin. De grandes espérances. »

(…)

J’ai suspendu à mon fil du mois de mars, mon pommeau de douche…Pour renouer avec la douche froide du matin, revigorante, anesthésiante…fort heureusement, mon alter petit pois, psy à ses heures, m’a rassuré sur mon état mental…non, je ne suis définitivement pas givrée, maso ou gravement atteinte !! merci Virginie !! Elles me font du bien ces gouttes glacées …

J’ai suspendu mon appareil photo ( et mon portable qui me permet aussi de prendre de jolis clichés sur le vif…) pour garder dans ma boîte à mémoire visuelle, ce soleil généreux , tant attendu, ce printemps s’installant, il s’en fiche bien lui du virus…, garder une trace de notre potager du Colibri qui a repris du service un peu plus tôt que les années précédentes ( premières salades repiquées, premiers semis, premiers bulbes épanouis, première coccinelle, premières abeilles de notre voisin, venant butiner le pollen encore frais…), de notre home sweet home, lieu et espace de confinement, il faut bien l’avouer, de rêve…nous mesurons notre chance de pouvoir profiter de la maison, de la terrasse et du jardin…. ( nous avons d’ailleurs ressorti une table et deux fauteuils pour profiter des rayons du soleil pour nos moments lecture et pause thé ou café… ) , garder dans la boîte à souvenirs, les oiseaux, écureuil, trouvant refuge dans notre bois de poche…

 

J’ai épinglé un carnet de lecture, pour continuer le fil de mon pêle-mêle littéraire, musical et filmographique, et un autre joli petit carnet, offert par ma grande sœur, pour renouer avec l’habitude de noter cinq petits bonheurs par jour ( et vous ? Vous aimez cette habitude ? Ça vous dirait de commencer ? )

Côté lecture d’ailleurs, j’ai terminé « Les gardiens de la lagune » de Viviane Moore, une enquête au temps des doges de Venise, tout à fait intrigante à souhait, englouti «  Le cupcake café sous la neige », suite du premier opus de Jenny Colgan, histoire légère et gourmande, bref, rafraîchissante…et apprécié énormément « Dans les forêts de Sibérie » de Sylvain Tesson, dont je parlais plus haut ( vous vous souvenez ?? ) …J’ai pioché dans mes magazines inspirants ( Kaizen, Flow, Respire…. ) de très intéressants articles, découvert le magazine «  Famille Green », véritable boîte à idées pour un monde plus vert, en phase donc totalement avec notre mode de vie zéro déchet et transition écologique…

Et vous ? qu’avez vous lu ce mois-ci ?

 

Côté musique, nous avons profité du relookage du bureau, pour redécouvrir des tas d’albums CD, de notre bibliothèque musicale…les musiques celtiques ont résonné dans toute la maison, toute notre collection d’Alan Stivell, précurseur du rock bretonnant, Nordic Roots, Malicorne ( merci p’tit loup !!), mais aussi le sont des albums de Jazz, l’album « Babel », de Hugues de Courson, dans un autre style ( si vous ne connaissez pas, bonne découverte !! ) , « High Hopes » de Springsteen, « Ecoutez d’où ma peine vient » de Souchon , et « Bowmboï » de Rokia Traoré, sa voix douce et chaude, profonde, accords de guitare et kora, un vrai bonheur…un vrai vrai bonheur !!!

Des bonheurs musicaux chez vous aussi ?

dav

Côté Film ou série, nous avons agrafé la série « Fargo », complètement givrée, créée par Noah Hawley, basée sur le film du même nom , écrit par les frères Coen, producteurs de la série. Les trois premières saisons sont absolument déjantées, indescriptibles ( d’ailleurs je ne vous en dirai pas plus !!! Découvrez par vous même !! ) un vrai bijou, pour ceux qui aiment ce genre de film, of course !!

Nous avons terminé la saga Harry Potter, à grand renfort de pop corn, histoire de nous faire oublier que malheureusement, les circonstances internationales, notre escapade prochaine, prévue à Londres pour le mois d’avril et le retour dans les studio Harry Potter, avec notre nièce, est tombée à l’eau ….( elle n’en sera que meilleure lorsque nous la réorganiserons dans quelques mois, n’est-ce-pas Anaëlle ?? ) Alors, nous avons ressorti le dernier opus de J .K Roawling, en anglais ( sympa pour travailler son anglais au collège !! ) , remis sur la table notre trivial pursuit spécial H.P !! en anglais aussi !!! et nous jouons tous les jours à essayer de nommer le plus de personnages des 7 tomes, ou à citer tous les sorts et contre-sorts utilisés par les élèves et autres de Poudlard, ou bien encore à énumérer le plus d’objets magiques ( ou pas forcément… ) que l’on peut retrouver dans les livres et les films….comment ça on est dingues ? Non, non….ou juste un peu…en tout cas cela nous donne bien souvent l’occasion de rire, de ces rires aussi éclatants que le soleil !!! ( Mes grands, je vous adore !!! )

dav

Enfin, j’ai agrafé ( au passage, j’ai bossé, avec mon dictionnaire de synonymes vous avez vu ça !!! ) quelques nouvelles recettes, à mi chemin entre l’hiver et le printemps, de tartines délicieuses et gourmandes, de dhal de lentilles corail bien épicées, de lasagnes veggie ou pas, testé et approuvé le golden milk ou lait doré à la belle couleur d’épice de curcuma, préparé de réconfortants thé chaï latte, avec de tout aussi réconfortants cookies, petits biscuits ou cakes au citron….il faut bien tenir comme on peut….J’ai suspendu à nouveau un grand bocal rempli de vin d’oranges, en prévision de nos futurs et tant attendus apéros en famille et entre amis ( ça se prépare tout doucement, il faut du temps….et ça tombe bien , on en a , du temps… ) Et je suis allée cueillir mes premières feuilles d’ail des ours, pour retrouver les recettes printanières, de pesto, quiche et omelette parfumée. 

J’en oublierai presque que j’ai accroché sur le fil de ce mois passé , un nouveau défi, une nouvelle expérience, avec les élections municipales dans notre petit village…Me voilà ( enfin…c’est comme si c’était vrai ) membre du conseil municipal…Si on m’avait dit cela un jour !! Je vais pouvoir , à mon niveau, essayer d’apporter un peu de mes idées engagées dans le zéro déchet, l’environnement, la nature…à mon niveau… J’ai d’ailleurs ressorti mon vélo pour aller voter en ce dimanche matin qui me paraît si loin…

dav

Et je terminerai par une jolie bougie , fixée sur ce fil de Campagne, qui s’est étendu plus que je ne l’aurai cru … (d’ailleurs, vous êtes encore là ? J’espère ne pas vous avoir perdu en route …. ) Notre première bougie d’anniversaire, à mon alter petit pois, Virginie, et à moi, enfin…à notre bocal…

C’était il y a un an, sur le coin d’une table d’amphi, alors que j’étais à l’écoute de la conférence de Jérémie Pichon, de la famille zérodéchet ou presque, qu’est née une idée folle !! Enfin… Pas si folle que ça vous voyez… C’est là que sont nés ces deux petits personnages, tous ronds et tous verts… Ces deux petits pois…
Les idées défilant à douze mille à l’heure dans nos deux petites têtes, c’est très rapidement qu’est apparu, avec quelques traits de crayon, sur une page de mon carnet ( comme quoi, il faut tou-jours avoir un carnet avec soi !!!) un bocal, symbole marquant de nos modes de vie respectives zéro déchet en famille, avec deux petits pois, la couleur verte
était évidente vous l’aurez compris, je n’allais pas choisir des tomates en février quand même !!! ( Et puis les cornichons ou les courgettes, c’était déjà pris…. )
Un bocal, deux petits pois à l’intérieur, et une jolie graine germant et grandissant vers l’extérieur pour semer à nouveau des tas de graines de petits pois… Le groupe « 2 petits pois dans le bocal », la happy green team, était né !!!! Yeah !!!!

Et voilà , un peu plus d’un an après, nous voilà , un peu , chacun dans notre bocal…chacun confiné…ayant une pensée pour ceux qui continuent malgré tout, malgré le stress, l’angoisse de ramener ce fichu virus à la maison, de travailler dans les services hospitaliers, les plus exposés ( mes applaudissements silencieux sont pour vous, frère, belle-sœur, amour…vous vous reconnaîtrez… ) , ceux qui travaillent à la maison ( et qui ne vont pas aller ramasser des fraises !! ) qui tentent de suivre le fil de leurs entreprise ou hiérarchie, en visio-conférence, de garder un esprit ouvert de par leur fenêtre, ceux qui aspirent à ce que l’école ouvre de nouveau ses portes ( comment ça , vous n’êtes pas des wonder woman ou des super man qui pouvez garder le rythme des devoirs, de la cuisine, du ménage ? Et pouvez vous transformer en instit’ ou prof génial, patient, jamais énervé, toujours bienveillant ? Allez courage !! je pense à vous … ) , ceux qui craignent pour leur petite entreprise , ceux qui désespèrent de pouvoir à nouveau accueillir leurs clients mais qui peut-être ont compris qu’il y avait un chance à saisir, de lever le pied, de se centrer sur leur famille, redessiner leurs essentiels, comprendre ce qui est nécessaire, le juste nécessaire, entrouvrir la porte d’une sobriété heureuse, d’un nouveau mode de vie et de consommation…

Les giboulées de Mars, s’invitent à travers la fenêtre , alors que je termine ce fil…Blanches giboulées dans un ciel plus gris…Mais le soleil reviendra….c’est certain….peut-être est-il d’ailleurs déjà revenu …

Je vous embrasse….

2 commentaires sur “Fil de Campagne… Mars ’20

  1. Un bien joli fil malgré tout entre rage et désespoir, angoisses et espoirs… petits bonheurs, grandes inquiétudes… Continue de trouver tes armes pour lutter, vivre et aimer … il le fait… nous n’avons pas le choix 🌿🌍 Quant à moi …. le tourbillon de ces deux derniers mois avait mis ma rétro en suspens… je la reprends doucement… il est temps 💚 je t embrasse bien fort de loin …

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s