Transition écologique : on en est où ici ?

En transition écologique…On en est où ?

Au moment où je m’apprêtais à publier cet article, je dois bien vous avouer que je me suis demandée si j’allais ou non le faire…Une lecture, passionnante, éclairante, dérangeante je le concède aussi, m’a fait douter , en une nuit, de tout ce que je mettais en avant dans ce qui va suivre. A la lecture d’un livre dont je vous reparlerai plus tard sans doute, le colibri que je suis depuis plusieurs années a pris un petit coup dans l’aile, malmené par un sanglier qui au delà de faire sa part, inciterait plus , dans la suite de la légende du colibri, à faire le nécessaire…sous entendu pour éteindre l’incendie qui ravage la forêt….Serait-ce à dire que le petit geste du colibri qui s’agite pour tenter d’éteindre le feu, serait inutile , devant les enjeux qui l’attendent….sans doute possible, je dirai oui…tout cela ne suffit pas, et cela est le fruit d’une réflexion qui occupe mon esprit depuis quelques semaines en sous-marin dans mon cerveau en ébullition et depuis quelques jours encore plus fortement…Alors…faut-il balayer tout ce qui a été fait ? Mettre dans mon bocal à déchets ce bilan que je tente de faire de notre démarche de citoyens en mal de leur planète ? Au final…non…Parce que ces petits gestes, cette transition qui s’opère est mon cheminement, notre cheminement et je n’en serai pas à me torturer l’esprit , à l’heure où j’écris , si je n’étais pas passée par là et si je n’avais pas emmené ma petite famille dans ce bateau …

Alors, je vous livre ce que j’écris depuis plusieurs jours ( je suis longue à écrire je sais… ) tout en sachant que d’ici quelques temps, j’en viendrai peut-être à changer quelque peu mes propos, à avoir une autre approche encore de ce défi immense qui me fait peur souvent, mais qui m’anime aussi souvent, pour changer les choses, à ma manière…parce que je suis intimement persuadée que chacun peut faire bouger les lignes à sa façon….

Voici donc le texte initial….

Le premier week-end d’octobre, nous avons fêté un anniversaire un peu particulier ici… celui d’une autre étape franchie sur notre chemin dans le zéro déchet ou presque…une étape après plusieurs années à réduire nos déchets, changer notre mode de consommation, trouver des solutions pour faire notre part , dans ce monde devenu parfois si incompréhensible, marchant sur la tête dans bien des domaines…

Depuis un an, et après la lecture de l’excellent «  Famille en transition écologique » de Jérémy Pichon et Bénédicte Moret, nous avons décidé de nous intéresser à notre transition à nous …

Ou comment faire pour aller encore un peu plus loin…comment réduire notre bilan carbone, alors que chaque français émet plus de 10 tonnes éq CO2 par an et qu’il ne devrait en émettre que 2 tonnes pour arrêter de vivre au dessus de se moyens écologiques, pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés…. Vaste affaire, triste constat…mais comme le dit la famille Presque zéro déchet : «  Dépassons la culpabilisation, passons à la responsabilisation ! »

Il y a un an donc, nous sommes passés à un fournisseur d’électricité verte, premier pas de notre nouvelle transition écologique, phase II, comme j’ai l’habitude de dire… Une transition énergétique, visant à réduire nos dépenses d’énergie et de ressources naturelles dans différents domaines : énergie, mobilité, eau, alimentation, consommation…

Pour celles et ceux qui en douteraient encore, « chaque degré supplémentaire de réchauffement dégrade de façon considérable les conditions d’habitabilité de la Terre »Il est donc de notre responsabilité d’écouter notre écosystème qui nous envoie des signaux d’alerte tous les jours, ailleurs dans le monde mais aussi et de plus en plus chez nous , dans certaines régions, où les tempêtes se succèdent, les inondations , les sécheresses deviennent de plus en plus fréquentes…Il est de notre responsabilité de saisir cette opportunité de participer autant que possible à la redéfinition d’un système qui n’est pas juste à repeindre en vert…

«  Il n’y a pas d’énergie propre, ni de croissance verte, ni d’objet durable. Seuls les modes de vie sont durables. »

Alors, je vous emmène dans cet article dans notre transition, pour partager avec vous, où nous en sommes, vous dire ce que nous avons mis en place, essayé… partager des idées, des astuces…en sachant que nous sommes encore loin de tout maîtriser, de tout connaître, de pouvoir mettre en œuvre tout ce que nous aimerions, là où nous vivons…mais bon…nous sommes en route…et c’est sans doute là le plus important…

Juste comme ça pour voir, avant de commencer, je voulais vous parler de notre bilan carbone…Je me suis penchée il y a quelques semaines sur mon propre bilan , histoire de regarder où j’en étais… Avec un calculateur qui m’a semblé assez fiable…celui d’Ecolab en partenariat avec l’ADEME

Voici ce que ça donne : là où la majorité des français ont un bilan carbone de 11 tonnes en moyennes, ici je le situe à 4,7 tonnes eq CO2… mais finalement, mes marges de manœuvre ne sont pas si nombreuses et si réalisables que cela ( co-voiturage…je pratique un peu lorsque je vais en animation pédagogique avec une collègue, devenir complètement végétarienne…j’ai déjà tellement réduit !! baisser le chauffage de 1 °C, franchement notre maison qui date du XIX ème siècle a cette particularité de bien garder la chaleur en hiver et d’être fraîche en été sans clim’, alors ok pour les pulls bien loose et bien chauds quand les températures sont vraiment fraîches et crues !! et pour ce qui est d’éteindre les appareils en veille…bon là , je ne comprends pas qu’il n’y ait pas une question qui aborde le sujet parce que ici franchement on est champion dans ce domaine !! )

Bien entendu ce calculateur reste assez général et ne permet pas d’affiner les réponses ou les actions réelles mises en place pour réduire encore un peu le score mais cela donne un aperçu assez révélateur des « postes » d’émission carbone qui posent problème ou sur lesquels il nous faudrait encore agir…

Mobilité et transport…qu’est ce qu’on fait ?

Sans grande surprise c’est en ce qui concerne la mobilité que, pour nous , la dépense est la plus flagrante…Mais comment faire pour la réduire , en habitant un petit village , à 7 kilomètres de la ville la plus proche et à 20 kilomètres de son travail ? Déménager ? Changer de lieu de travail ? Nous sommes prêts à faire des efforts mais force est de constater que malheureusement ce levier là n’est pas envisageable, du moins pas maintenant…Personnellement, j’adore ma maison à la campagne, mon home sweet home, niché dans la verdure, loin du bruit de la ville et de la pollution et puis j’aime énormément mon lieu de travail, ma petite école maternelle dans laquelle j’enseigne depuis plus de 20 ans…Alors me direz-vous , que faire ? J’ai mis en place quelques petites pistes quand même pour essayer de réduire le nombre de kilomètres en voiture, qui pourrait être pire quand on habite loin de tout :

– Je rentabilise mes déplacements pour éviter des aller-retour trop nombreux en ville, en essayant de grouper mes courses ou mes activités, lorsque je vais rechercher ma gazelle au lycée par exemple, lorsque je reviens du travail et m’arrête en passant chercher mes commandes d’épicerie en vrac à l’asso « En’vie de Nature », je m’arrange pour ne pas devoir prendre la voiture plusieurs fois dans la journée…Comme de toute façon je ne suis pas une grande fan de trajet en voiture, je ne vais pas sur un coup de tête faire 80 kilomètres pour aller faire les magasins ou aller dans une bio coop…nous y allons rarement en fait pour essayer de privilégier également l’achat local et trouver d’autres solutions plus proches…C’est d’ailleurs aussi moins de tentation d’achat compulsif ou inutile…alors les grandes villes et les magasins, c’est assez rare et quand cela est nécessaire, c’est toujours l’occasion d’une sortie en famille…

-J’essaye de remplacer le plus possible des kilomètres en voiture par des kilomètres en vélo….Je m’étais d’ailleurs lancée un petit défi en janvier, celui de parcourir 2020 kilomètres en vélo pour les petites courses par exemple ou pour aller chercher un colis…Force est de constater que ce n’est pas si simple que cela…Conditions météo pas toujours évidentes et facteur « temps » loin d’être négligeable…il vaut mieux avoir du temps devant soi pour opter pour ce genre de déplacement et comme j’ai fait le choix d’un vélo classique et non électrique, ça compte…Donc, même si les vacances sont plus propices à cette mobilité douce, je dois avouer que je suis loin, à l’heure où j’écris cet article, d’avoir engranger 2020 kilomètres…Mais bon, c’est une action dont je suis fière et que je continuerai d’essayer d’adopter désormais…

– Concernant le vélo, nous sommes aussi assez fières de la façon dont nous organisons nos vacances, d’été en particulier…Depuis deux ans, nous choisissons un joli lieu à découvrir et nous n’utilisons que le vélo pour nous déplacer ( ou pratiquement ) , et puis pas la peine de partir très loin pour découvrir de beaux paysages, la France est belle !!! Comme nous ne voyageons pas à l’étranger ( hormis Belgique et Angleterre ) pas d’avion pour nous !! et si nous décidions d’aller un peu plus loin un jour, le train ou le bateau nous plairait bien….

– Nous envisageons lorsque ce sera le moment de remplacer un de nos véhicules pour un modèle plus petit, plus vert encore ( mais y a-t-il vraiment des modèles de voitures écologiques… ) et là je ne parle pas seulement de la couleur de la voiture !!

Nous ne pouvons donc pas faire l’économie de la voiture en vivant à la campagne et le covoiturage au quotidien n’est malheureusement pas très possible ici, mais par de petites actions comme celles que nous mettons en place, nous avons réduit notre nombre de kilomètres par an, donc allégé quand même un peu notre bilan carbone…

Et chez vous ? C’est facile, envisageable, impossible de se passer de la voiture? De l’avion ?

Electricité…Comment ça, c’est pas juste « hyggeligt » des bougies ?

Je vous en parlais au début de l’article, nous sommes passés il y a un an à un autre fournisseur d’électricité, ILEK. Un fournisseur qui contribue à la part d’électricité verte en France. Au delà de l’aspect « économie réalisée » en un an , pas loin de 250 € quand même, c’était surtout un choix de participer à notre niveau à ce que les énergies renouvelables, solaires, éoliens, hydroélectriques prennent de l’ampleur dans notre pays. Nous sommes fiers d’en être . Nous participons donc au fonctionnement de la centrale hydroélectrique de Bolène pour notre part. Démarches ultra simple, des interlocuteurs au taquet, disponibles, patients, bref…aucun regret !

Sans revenir au temps des bougies et des pigeons voyageurs , nous essayons aussi dans le quotidien de notre famille d’être vigilants sur plusieurs points concernant notre consommation électrique :

– Nous ne laissons pas les lumières allumées inutilement dans une pièce si on y est pas . ( même mes loulous de maternelle ont compris ça !! )

– Nous avons équipé les prises d’interrupteurs bien sûr pour ne pas laisser d’équipements en veille la nuit ou le jour

– Nous avons équipé pratiquement sur plusieurs mois tous nos éclairages de lampes à LED.

– Nous limitons notre chauffage à des températures raisonnables le jour et la nuit, tout en remerciant notre installation de pompe à chaleur par aérothermie, installée depuis plusieurs années maintenant et qui nous a fait faire des économies de dingues sur la facture. Couplée à nos radiateurs , nous avons aussi installé un feu à pellets qui permet de prendre le relais lorsque les températures extérieures sont très très basses et pour éviter une consommation des résistances électriques trop salée. Nous avons fait le choix très rapidement aussi il y a plusieurs années d’installer un chauffe-eau par aérothermie qui est tout simplement génial ! La nuit, il tire l’air de la salle de bain pour chauffer l’eau qui est ensuite utilisée partout dans la maison.

Des investissements effectués il y a donc un moment et qui ont été nos premiers pas dans la transition écologique, avant même que nous le sachions vraiment…

Et nous sommes bien contents d’avoir aussi un joli poêle Godin qui nous dispense une belle chaleur et de jolies flammes lors des soirées d’automne et d’hiver…

Et comme nous sommes des adeptes des plaids, bougies et autres éléments incontournables d’un mode de vie danois, le hygge, nous entretenons la chaleur autrement que par des voies électriques ! La transition peut aussi être douce et chaude…

Ah et puis, comme nous avons sacrément réduit notre consommation de viandes et de produits tous faits, tout prêts, bref, changé notre mode de consommation ( j’y reviendrai ) nous avons pu nous passer d’un congélo, devenu inutile désormais. On en garde un quand même pour tous ces légumes du potager, soupes et préparations en mode batch cooking que l’on peut faire ici…

Et l’eau ? On en parle ?

Forcément, cette ressource précieuse est au centre de nos préoccupations à la maison…

ça vous dit quelques petites idées mises en place pour réduire notre consommation ici ?

Parce que même si le m³ ne nous coûte pas si cher que ça, ici à la campagne, c’est pas une raison !!! On se rappelle assez nos séjours au Burkina Faso il y a 15 ans, pour savoir que l’accès à l’eau , c’est pas toujours aussi simple que de tourner un robinet…enfin, qui tourne encore les robinets de nos jours, ils sont tous à soulever ou que sais-je…et nous savons que l’accès à l’eau est un privilège dont certains n’ont pas toujours conscience. Les dérèglements climatiques et le réchauffement de la planète pourraient nous mettre au pied du mur plus vite qu’on ne le pense . ( plombage d’ambiance… désolée… ) La consommation par habitant à littéralement explosée au siècle dernier, alors même si cela peut paraître dérisoire, chaque goutte, chaque litre économisés, c’est cette ressource préservée. Bref…voilà nos petits gestes :

– Installation de réducteur de pression à nos robinets ( quand j’y réfléchis en fait, on en a que deux…. ) et pour la douche, c’est aussi un mitigeur réglable pour la pression…

– Seau dans la douche pour récupérer l’eau froide qui coule avant que la température ne soit acceptable pour l’organisme ( bon je ne reparle pas de mes mois «  douche glacée » du matin, cela fait partie de ces petits défis qui me reviennent en tête parfois, quand je sens un coup de mou et que j’ai besoin de retrouver une certaine énergie…ah mais c’est dingue, parce que rien que le fait d’en parler, ça me redonne envie !!! complètement givrée la fille !!! ), l’eau nous sert ensuite dans les toilettes ce qui nous permet d’économiser des tirages de chasse-d’eau !

– Bassine dans l’évier de cuisine, pour récupérer l’eau de rinçage ou de lavage des légumes ou lorsque , comme à la douche on a besoin d’eau chaude et pas d’eau froide

– Ici nous buvons l’eau du robinet, qui nous convient tout à fait, même si depuis quelques mois nous avons testé les bâtons de charbon de bambou qui purifie et reminéralise l’eau dans une carafe…c’est vraiment top aussi , et cela évite un investissement coûteux dans d’autres machines style fontaine à eau…

– Récupérateurs d’eau de pluie dans le jardin et au potager ( on en a 3 en tout, ça file un sacré coup de pouce aux jardiniers amateurs que nous sommes, surtout avec ces chaleurs qui deviennent de plus en plus nombreuses… ) et puis il nous est une bénédiction d’avoir au bout du jardin un petit ruisseau qui peut aussi nous dépanner lorsque les récupérateurs sont vides…

– et tout comme mon alter petit pois, nous étudions plus que fortement l’idée d’installer des toilettes sèches en extérieur près de la maison ( à l’intérieur, pour le moment on a pas trouvé l’endroit idéal vous voyez !! ) et j’entends déjà mon beau frère chantonner «  ma cabane au fond du jardin », merci Francis, merci Nanard !! et les rires de ma chère fratrie…qui nous ont longtemps taquinés à ce sujet… vous verrez quand ils seront installés, vous aurez trop envie de les essayer je suis sûre !! En tout cas mon homme y travaille, parce qu’il veut les fabriquer lui même forcément !!

Transition financière… travaux en cours !!

J’avoue qu’après avoir lu le livre de la famille en transition écologique, j’étais toute feu toute flamme dans l’idée de changer de banque…parce que j’étais assez effarée de constater ( naïve que j’étais et que je suis encore, mais un peu moins  ) ce que les banques, certaines en particulier, faisaient de notre argent… «  Dormez braves gens, on s’occupe de tout !! et surtout de placer votre argent pour financer nos projets !! » Vos projets ? Pour un monde dont ne nous ne voulons plus ??? pour polluer encore plus ? En finançant des grands groupes qui se fichent bien des économies des ressources énergétiques, qui ne recherchent que le profit ?

Nos projets ne sont pas les mêmes….

Alors nous avons bien été tentés de changer de banque pour en trouver une plus en phase avec nos valeurs, investissant dans des projets écologiques et sociaux mais au final, en ayant fait notre petite recherche, lu , entendu , vu des trucs et des machins, nous nous sommes un peu mis en pause, en nous disant que notre banque populaire faisait quand même sa part et était classée dans les moins polluantes…Donc pour le moment, on ne change rien mais on reste vigilant !!! et rien ne nous dit que nous ne partirons pas pour des placements encore plus coopératifs…mais ça , c’est à l’étude…

Alimentation… moins mais mieux…Le mantra de la transition écologique…

Oui, oui, répétez après moi : « moins mais mieux….moins mais mieux….moins mais mieux… »

Comme le rappellent si bien Jérémie Pichon, nous nous sommes laissés piégés dans la spirale infernale de la consommation industrielle à outrance…la période d’après guerre, la peur de manquer ont fait sombrer des générations et des générations dans une consommation de nourriture à l’excès…et les industriels se sont vite engouffrés dans cette spirale en nous proposant toujours plus de plats tous prêts, toujours plus de sortes de paquets de biscuits apéritifs ou de gâteaux, toujours plus de produits bourrés d’additifs et de produits pas naturels du tout, pendant que les agriculteurs ne survivent qu’avec des aides et toujours encore plus d’aides… mais où va-t-on ? Vers quoi sommes nous partis ?

Cette prise de conscience a ici été un choc ! Un véritable séisme dans nos assiettes !! Ajoutez à cela notre envie de mode de vie « presque » zéro déchet et vous aurez vite compris que nous sommes devenus des consomm’acteurs bien plus vigilants, bien mieux informés, bien plus raisonnés aussi et ayant retrouvé ces valeurs si anciennes et si justes de nos grands-parents…

DONC MOINS MAIS MIEUX !!

Alors forcément, notre caddie s’est de plus en plus transformé en panier , en sacs à vrac, en cageots…

Nos étagères se sont remplies de bocaux, d’épicerie en vrac, de fruits et de légumes bio de saison, de bocaux de confitures, de sauce tomate, de cornichons, de picallili, de salicornes, de jus de pommes faits maison… ( et encore, j’en oublie sans doute !!! )

Nos virées au supermarché deviennent de plus en plus rares (et quand je dis rare… Ça l’est !!) et se sont transformées en virée chez notre maraîcher bio, au marché local, à l’épicerie associative , et en virée dans notre potager…du circuit court, local donc !!! et parfois très court et très local même !! directement du potager dans l’assiette, c’est tellement jouissif !

Un potager agrandi encore cette année, avec le potager du haut, chez mes parents…il y a encore du potentiel mais bon nous ne sommes pas des pros et même si ce retour à la terre nous fait un bien fou, il faut du temps pour bien s’en occuper, et même si on s’intéresse de plus en plus près à la permaculture…je ferai bien un petit stage moi !!

Notre consommation de viande s’est considérablement allégée si on fait un comparatif ou un retour un an en arrière voire deux ou trois ans en arrière !! beaucoup moins donc, de qualité, de façon raisonnée pour faire la place belle aux légumineuses, aux légumes, aux pâtes, au riz, aux céréales diverses et variées ( le sarrazin c’est vraiment tellement bon !! ) et cela ça fait aussi partie de notre transition écologique parce que quand même , quand on sait que ( et je cite… ) « 80 % de la surface agricole mondiale est dédiée à l’élevage, ce qui est intenable pour les écosystèmes ( sans compter les émissions de méthane par les animaux, puissant gaz à effet de serre ) » et quand on sait les répercussions que la consommation à excès de viande peuvent avoir sur la santé et risques de cancer…ça fait doucement réfléchir…pas si doucement que ça d’ailleurs….

Et côté conso ?? moins mais mieux, encore et toujours !!! ou j’ai envie de dire …mantra : le retour !!

Oui, même idée que pour l’alimentation… et je cite encore Jérémie Pichon «  Nous ne payons pas le vrai prix de notre surconsommation. Pas le vrai pris humain, ici et là bas. Pas le vrai prix énergétique, pas le vrai prix de l’eau , pas le vrai prix des ressources. Et la facture sera payée par les générations futures. »

Que ce soit dans le domaine de notre consommation numérique, vestimentaire, consommation et achat de biens et d’objets, nous ne pouvons plus continuer dans cette voie.

Alors ici, concrètement on fait quoi ? Eh bien, on réfléchit plus qu’avant…on réfléchit avant d’acheter, on réfléchit à ce dont on a vraiment besoin…

Personnellement, j’aime bien écrire sur une liste dédiée, dans mon agenda, ces choses que j’aimerai avoir, acheter, trouver … pour différer un peu leur achat, attendre, observer si mon envie est encore là quelques jours, quelques semaines ou quelques mois après…

J’ai également ,et je dirai même, nous avons maintenant acquis ce réflexe de d’abord passer à la ressourcerie, ou sur des sites d’occasion, pour voir si nous ne trouvons pas ce que nous cherchons…pas pour tout bien sûr, mais l’idée de seconde vie est vraiment devenue naturelle ici… Nous recyclons, nous retapons, nous faisons marcher notre imagination, nous faisons parfois du troc, des échanges, nous parlons, communiquons et c’est incroyable ce que la vie met parfois sur notre route… les bouteilles vides que l’on cherchait, les bocaux pour le vrac épicerie, les pots pour le jardin, le manteau ou les baskets dont on rêvait…et j’en passe…

Et puis franchement, a-t-on vraiment besoin de tout ce que l’on peut voir passer parfois…le dernier gadget à la mode, le dernier smartphone, la dernière montre connectée…

Nos achats sont donc de plus en plus réfléchis, locaux quand c’est possible, de proximité ( vive les achats de livres , quand on ne les trouve pas d’occasion bien sûr, chez la petite libraire locale… ), de meilleure qualité pour durer, écoconçus, recyclables ou recyclés….Le « made in chez nous » a un coût certes, mais la satisfaction de mettre son argent dans une tirelire de fabricants français, d’entreprises locales ou presque ( Cocorico, Le Mahieu, Le Moly, Emma Noël, Slowenn, Barbe’n’Blues…et tant d’autres… ) est réellement présent, lorsque l’acaht se révèle utile, entendons-nous bien…

Bien entendu , je remarque que depuis quelques mois, le marché du zéro déchet, du made in France a vraiment explosé et on pourrait vite être tenté de consommer du coup, plus que de raison…parce que les motifs des tissus sont ultra attirants, les emballages vraiment top, la démarche hyper intéressante mais voilà …la transition écologique, c’est vraiment garder à l’esprit que l’idée c’est de dé-consommer…Et je pense que c’est vraiment cette idée de consumérisme vert qui se met allégrement à remplacer la surconsommation que nous connaissions jusqu’alors, en essayant de nous donner bonne conscience, qui me fait me poser de plus en plus de questions sur la façon d’agir vraiment …

Long et douloureux chemin parfois que cette voie de la dé-consommation, je vous l’accorde, parce qu’on a tous et toutes parfois envie d’un achat coup de coeur, remonte-moral, plaisir…et bien j’ai envie de dire, et alors ? Pourquoi pas ? Nous ne sommes pas infaillibles, parfaits et parfaites… et savoir accepter cela , fait aussi cheminer grandement, vous ne pensez pas ?

Alors, oui , on pourra toujours faire mieux, essayer du moins…les enjeux pour notre planète en valent la peine, même si ce ne sont que des gouttes d’eau …ce sont celles d’un colibri soucieux de faire sa part….et qui a caché sous sa poitrine un sanglier prêt à faire ce qu’il faut aussi !! Comment, je ne le sais pas encore mais bien là….

Je terminerai , ce long article, au final ( chaque fois, je m’étonne de tout ce que je peux écrire !! ) par une autre réflexion que m’a inspiré dernièrement mon alter petit pois, sur le fait d’être militant et quel sens cela pouvait avoir et quelle forme lui donner… réflexion que je ne développerai pas ici, maintenant, tout de suite, il faut encore que je cogite, que j’active mes neurones, mes pensées, que je mette du clair dans mes idées qui fusent mais je reviendrai vous en parler bientôt !!! ce qui est certain , et je reprends mes propos du début, c’est que notre diversité à tous peut aussi être notre force d’action….

Et merci à Aurélien Barrau « Le plus grand défi de l’humanité » et à Anaëlle Sorignet « On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou » qui alimentent mes réflexions au quotidien en ce moment !!

Envie de vous lancer dans une transition écologique ? Quelle pourrait être la vôtre ? mais peut-être plus essentiel encore : Qu’est ce que tout cela vous inspire ?

Bonne réflexion !! et n’hésitez pas à vous lancer dans un petit commentaire si ça vous titille dans un sens comme dans l’autre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s