Fil de Campagne… Utopie écolière

Fil de Campagne… une utopie écolière…

Alors qu’un nouveau confinement nous met sous cloche et que le calendrier scolaire et les projets en cours se voient tous chamboulés, alors que j’ai refermé la porte de l’école après deux jours à préparer l’accompagnement des enfants pour les parents à la maison, après les rires et les cris de joie des enfants pendant la chasse aux œufs en papier, dans toute l’école, après avoir dit «  à bientôt » à nos carrés de potager, nos arbres et arbustes fraîchement replantés, nos noyaux d’avocat en cours d’expérience…après avoir dessiné arc-en-ciel, papillons et chanté tous ensemble, je suis rentrée…fatiguée…épuisée…lasse de ces urgences de dernière minute, de ce temps volé aux essentiels qui auraient dû être vécus en classe avec les loulous, de ce travail à l’ordinateur alors que nous aurions dû enfiler nos bottes et retourner crapahuter dans notre chemin vert ou grattouiller la terre pour faire nos premiers semis…

Alors pour oublier un peu la fatigue , soigner ce mal de tête prenant, j’ai mis en bouteilles encore un peu de vin d’oranges , pour les apéros retrouvailles…un jour… et j’ai pris le temps d’écouter Marie, du compte @les_petits_ecolos_, dans un des podcast de Julien Vidal #2030glorieuses…

Et ça m’a fait un bien fou !!!! après ces derniers jours, ces dernières semaines avec les loulous à découvrir ou redécouvrir ces chemins et parc qui sont à deux pas de mon école, à passer du temps dans la pelouse, à s’émerveiller de voir voler bourdons, abeilles et autres petites bêtes, je me suis sentie moins seule, moins extra-terrestre dans ma vision de voir l’école et les enfants…dans le regard porté sur mon métier qui évolue au fil des ans et qui se retrouve plus en phase avec ce que je suis en dehors de l’école…

Je me suis dit, en écoutant Marie : «  Mais c’est trop ça !!! ce parcours, ce profil !! c’est moi !!ou presque moi !!! » alors je me suis empressée d’aller la remercier directement ( par un petit message ), pour ces mots qui parlent de dissonance cognitive, que j’ai pu ressentir à un moment donné de ma vie, lorsque j’avais embarqué ma famille dans l’aventure de la transition écologique, de ce besoin de cohérence, nécessaire, vital, essentiel entre ce que je vis à la maison, ce qui fait que je suis moi et comment je conçois le métier que je fais auprès de mes petits élèves de maternelle ( j’ai d’ailleurs depuis si longtemps été contre ce vocabulaire qui veut que nous parlions de nos élèves , alors que je préfère tant utiliser le mot « enfant » ) , ces mots qui parlent de cette casquette de directrice qui me donne tant de possibles, tant de marge de manœuvre pour faire évoluer les choses, les mentalités, les chemins…. et puis j’ai su …j’ai su qu’il me faudrait écrire à mon tour, reprendre le clavier pour mettre des mots sur tout ce qui me passait par la tête en écoutant sa vision de l’école , transportée en 2030 !!!

J’avais lu il y a quelques semaines, l’utopie réaliste de mon amie Virginie, une utopie verte, engagée, joyeuse, où elle décrivait son monde rêvé de dans 10 ans…un monde comme on le voudrait , comme on aurait pu ou pourrait le refaire dans le bocal ( notre collectif «  2 petits pois dans le bocal » ) ou autour d’un pain-vin-fromage partagé !! un monde où les personnes se sont rapprochées, se parlent beaucoup plus qu’avant, s’entraident, où des solutions nouvelles ont émergé dans le domaine de la transition écologique, pour que notre terre puisse continuer de nous nourrir, de nous faire découvrir d’autres paysages, puisse continuer de nous faire respirer auprès des forêts, nous permette de nous déplacer en polluant moins, une terre que l’on a laissé respirer pour qu’elle puisse se renouveler….

Y être incluse, faire partie de cette utopie, m’avait extrêmement émue et touchée à la lecture… ( merci encore et encore !!! )et j’avoue avoir eu envie dans les jours suivants de m’essayer moi aussi à l’écriture de ma propre utopie réaliste…

Je la voyais comme une lettre…une lettre adressée à mon moi de dans 10 ou 15 ans mais très vite, je me suis heurtée à un mur d’émotions trop importantes…s’imaginer avec 15 ans de plus, ça peut paraître simple, comme ça, se dire, « allez, j’écris ma vie telle que je la verrai bien à 60 ans !! » mais en fait, pour moi, c’était très compliqué…parce que sont entrés en jeu des tas de données, d’émotions, de chemins, de visions concernant ma famille, ma maison, mes parents qui me sont trop compliquées à gérer émotionnellement….pour le moment en tout cas…je m’y essaierai sans doute un jour mais pas aujourd’hui ….

D’où plutôt cette envie beaucoup plus abordable, plus facile ( enfin, tout est relatif !! ) d’écrire sur ce qui fait ma vie de maîtresse et mes envies et projets pour une école de demain ( un peu d’aujourd’hui mais surtout de demain…) mon utopie écolière…

Alors, je vous embarque en 2030 voire un peu plus…je vous ouvre les portes de mon école et celle de mon utopie, heureuse, verte et forcément idéale !! vous me suivez ?

Aujourd’hui c’est mardi, un joli mardi d’avril, un peu chaud déjà mais depuis quelques années les degrés supplémentaires se font sentir bien plus tôt…Les graviers qui étaient devant l’école et qui la rendaient si austère et froide ont laissé la place à une verte pelouse où ont poussé des merisiers, que nous avons planté avec les parents il y a quelques années…leurs fleurs si belles au printemps nous offrent de bien jolis moments d’arts visuels, c’est tellement beau à peindre les fleurs de merisier….et puis lorsque vient l’été nous passons de longs moments à l’ombre des feuillages….Des bancs en bois accueillent les parents qui arrivent parfois un peu plus tôt que l’heure de sortie, pour discuter, échanger…

Les poussettes, les vélos, les trottinettes sont rangés dans un joyeux mélange de couleurs sur le côté de la cour. Tous les enfants ou presque viennent en pédalant ou à pied le matin et l’après-midi, les quelques enfants qui prennent le bus ont la chance de bénéficier d’un bus « vert », à énergie solaire, ils ne viennent pas de très loin, car les villages qui étaient un peu plus éloignés ont vu leur école rouvrir, de toutes petites structures qui accueillent des groupes d’enfants en nombre raisonnable.

La mobilité douce est entrée dans les habitudes des enfants depuis un moment et dans celles des parents aussi. Le temps de la pause méridienne est un peu plus souple et permet de s’adapter au rythme des enfants les plus jeunes.

Nous sommes mardi et aujourd’hui , c’est classe au grand air ! Comme le jeudi d’ailleurs ! ( et même parfois les autres jours quand la météo est plus clémente ou lorsqu’il est important d’aller s’aérer ) Ces jours là nous enfilons nos bottes ou nos vieilles baskets et nous allons à quelques centaines de mètres de l’école dans le petit parc où poussaient déjà des peupliers il y a 10 ans… un endroit où les enfants sont en sécurité et où le cercle de parole a été installé…les enfants adorent s’asseoir sur leur rondin de bois pour écouter les activités qui seront menées , pour parler de ce qu’ils ont envie de partager avec les autres ou pour prendre leur goûter…un goûter zéro déchet composé bien souvent de fruits frais , de tartines de confiture ou de jus de fruits de saison…dans ce parc, nous avions semé des fleurs mellifères il y a plusieurs années et c’est le lieu favori des enfants pour observer les abeilles qui retournent à leurs ruches installées au fond du terrain par un collègue apiculteur maintenant à la retraite…observer les papillons, les bourdons et autres insectes pollinisateurs. Les enfants ont installé avec des parents bricoleurs des hôtels à insectes, comme ceux placés à l’école dans les deux cours de récréation…ce parc du village est devenu un espace refuge LPO, où la biodiversité est mise en lumière. Une mare à grenouilles attire aussi de nombreuses autres espèces. Les habitants aiment beaucoup venir s’y promener le week-end , et ont pu ainsi prendre une part active à la création de cet espace .

Lorsque nous voulons un peu plus de place encore pour nous défouler, grimper, sauter, faire de la musique avec des branches ou ramasser des coquilles d’escargots, nous filons dans le chemin vert, l’ancienne Rue noire…elle a été ainsi rebaptisée par les enfants il y a 10 ans, et ce fut un nouveau nom adopté rapidement par tous les villageois. Plus aucun papier ou déchet ne traîne maintenant parce qu’un travail important de sensibilisation a été réalisé au fil des années dans les écoles, la commune et il n’y a plus de danger que des petites mains se blessent ! Dans ce chemin vert, la faune et la flore ont repris leurs droits, il n’est pas rare d’y apercevoir des écureuils et toutes sortes d’oiseaux ! Lorsque nous remontons tout le chemin et que nous arrivons au carrefour des quatre vents, c’est la fête !!! des talus sur lesquels grimper, un vieux tronc de tilleul creusé dans lequel se cacher, des branches qui se transforment en xylophone on ne peut plus naturel !!! des chasses au trésor, des jeux de piste, des fleurs à observer et à dessiner, des insectes à observer aussi à la loupe ! Pas besoin d’aller bien loin pour découvrir le monde du vivant, le cycle de vie des plantes parce que l’école au grand air c’est en chaque saison et nous apprenons au fil de l’année à reconnaître les plantes, les arbres, le chant des oiseaux lorsqu’on ne peut pas les apercevoir dans les feuillages…Parfois nous partons toute la journée et nous allons pique-niquer à la ferme des parents d’anciennes élèves…Leur plus grande est d’ailleurs en stage dans ma classe en ce moment !! je savais qu’elle finirait par venir me remplacer un jour !!! la relève est assurée!!!Et c’est la chose la plus gratifiante de savoir que les graines de colibri semées il y a plus de 10 ans ont donné de belles pousses de jeunes citoyens, soucieux de préserver leur environnement proche et plus lointaine à l’échelle de la planète et qui ont envie à leur tour de transmettre !

Lorsque nous sommes à l’école, car la météo ne nous permet pas toujours de sortir, nos activités de manipulations variées complètent tous ces apprentissages que nous faisons au contact de la nature…le dénombrement de coccinelles ou de petits cailloux n’a plus de secret pour nous ! Nous adorons passer du temps à nous casser la tête avec des puzzles en bois, des jeux de logique qui ont trouvés une seconde vie à l’école, comme les vélos et les trottinettes que nous utilisons régulièrement devant l’école. La rue est devenue piétonne pour préserver la sécurité aux abords de l’école et ainsi plus de danger du côté de la route et des véhicules qui autrefois roulaient bien trop vite.

La cour autrefois en bitume est aujourd’hui enherbée comme le côté potager, nous en avons laissé un petit bout en souvenir pour se rappeler, cet autre temps….plus de crainte lorsqu’on fait des roulades ou lorsqu’on veut s’allonger dans l’herbe pour regarder les éléphants nuages dans le ciel …Les enfants adorent venir là pour les séances de yoga lorsqu’il fait beau avec Gribouille la grenouille, notre maître yoga depuis des lustres !! lorsque le temps est à la pluie, nous retrouvons le parquet de la salle de jeu et c’est très bien aussi ! Le mur d’escalade en bois a été entièrement retapé et d’épais coussins permettent aux enfants de grimper et de prendre confiance en eux pendant la récré ou lors des séances de motricité.

Les hêtres et charmes, forsythia , fushia et groseillier à fleurs ont bien poussé et leur explosion de couleurs en ce mardi d’avril est une pur bonheur ! Les oiseaux s’y perchent dans les branches…après avoir picoré des graines de tournesols tout l’hiver, dans les mangeoires fabriquées par les enfants lors d’atelier bricolage avec des parents , ils se débrouillent tous seuls, les insectes ne manquent pas !!

Du côté du potager, les carrés sont bien occupés, les enfants accompagnés de leurs parents, lors d’ateliers partagés ont semé des radis, des carottes, des petits pois, des navets…viendra après le temps des semis de citrouilles et de courgettes…ici depuis des années on adore faire des soupes et les déguster à la récré ou en proposer aux parents ! Et puis lorsqu’il y a trop de légumes on les partage avec ceux qui en veulent ! Notre composteur installé depuis plus de 10 ans remplit parfaitement son rôle et les poules que nous avons adoptées et installés dans le terrain attenant à l’école et dont un gentil voisin s’occupe aussi et surtout pendant les vacances, profitent des restes de la cantine. Ils sont beaucoup moins nombreux depuis que le chef de cuisine du collège qui s’occupe des repas prépare des quantités adaptées aux petits estomacs des enfants qui y mangent . Le chef, vient parfois chercher des légumes de notre potager ou de celui des grands à l’école élémentaire, cela lui permet de compléter la quantité de légumes du maraîcher bio qui a repris le grand potager de la commune qui avait été laissé à l’abandon il y a une vingtaine d’années…grâce à la participation à des chantiers de jeunes dans la commune, certains ont pu se former en agroécologie et trouver un travail utile à tous aussi bien sur le plan personnel que professionnel.

Et puis les hirondelles reviennent encore tous les ans au printemps…elles ne devraient plus tarder à revenir habiter dans les nids toujours plus nombreux et protégés qui s’accrochent aux coins des fenêtres de notre école.

Nous avons fait installé des récupérateurs d’eau de pluie pour être autonome en eau pour le potager et préserver cette ressource encore plus précieuse aujourd’hui qu’il y a dix ans. D’ailleurs les anciennes toilettes qui fuyaient régulièrement ont été remplacées par des toilettes sèches, adaptées à la taille des enfants…ils ont très vite appris à mettre la quantité de sciure juste nécessaire.

Il y a d’ailleurs plusieurs années que chacun vient avec sa gourde et des mouchoirs en tissu ont remplacé les essuie-tout qui remplissaient bien trop vite un de nos composteurs. Le tissu a retrouvé toute sa place , avec les serviettes des enfants pour les repas, les serviettes éponge pour l’essuyage des mains, les mouchoirs donc, et les furoshiki qui emballent désormais tous les petits cadeaux de fête des parents , des tissus recyclés, apportés par les parents au fil du temps.

D’ailleurs les ateliers parents enfants instaurés il y a douze ans autour du zéro déchet sont encore parfois proposés aux nouveaux arrivants, car bien entendu la fabrication de tawashi, ces éponges recyclées fabriquées à partir de vieux collants ou de vieilles chaussettes, qui nous servent à essuyer nos ardoises ou à nettoyer les tables, les tee-shirts un peu abîmés recyclés en sac à goûter, la colle farine eau sel ou la pâte à modeler faite maison n’ont plus de secret pour beaucoup !!! C’est même parfois les parents eux mêmes qui s’apprennent mutuellement à réaliser ces petites astuces zéro déchet…. La pâte à tartiner au chocolat home made a toujours autant de succès et il n’est pas rare que les enfants fassent de la confiture avec les fruits que les parents ou grands parents ont dans leur jardin…. Cuisiner ensemble, pour les anniversaires est toujours autant apprécié, apprendre à couper, éplucher, peser, ça fait grandir et réfléchir !

Cette semaine nous finirons de décorer nos petits pots en verre dans lesquels nous avons mis les chocolats en vrac du chocolatier, gagnés, ou échangés plutôt contre nos œufs de Pâques en papier qui étaient cachés dans toute l’école ! C’est devenu depuis plus de 10 ans notre chasse aux œufs préférée ! D’ailleurs le lièvre de Pâques ou Chocoline la poule qui aident les cloches le jour de Pâques, le savent bien et ont adopté le même principe , en secret, avec les parents…c’est la fête aussi dans les familles ! Le chocolat étant devenu une denrée plus rare, on mange moins de chocolat mais de meilleure qualité, éthiquable et bio !

Après les vacances nous avons décidé que nous referions du papier recyclé, on adore mélanger la pâte à papier, pour refaire ces jolies feuilles sur lesquelles on peut écrire de doux mots pour nos parents…et puis même que parfois nous ajoutons des graines de ciboulette ou de persil, à la pâte pour transformer les feuilles en jolis cadeaux à semer directement dans le jardin !

Nous ne sommes qu’en avril mais nous pensons déjà à notre grande sortie en forêt, qui n’est pas très loin, à quelques kilomètres, une sortie à la journée pour marcher, courir, chanter et profiter de l’ombre des arbres parfois centenaires ! Et puis viendra le temps de notre pique-nique avec les familles, un pique-nique sans emballages, puisque désormais, tout le monde a bien intégré un monde sans plastique, et apprécie les repas et encas faits maison …les enfants adorent cette journée au grand air où les stands de jeux en mode récupération sont installés ! Les enfants troquent leurs petits cailloux gagnés contre des jeux ou des livres qui ont été donnés à l’école. Ce jour là on chante, on danse, on partage et on invite les parents et les habitants à venir découvrir nos œuvres artistiques réalisées tout au long de l’année…La merveilleuse médiathèque accueille d’ailleurs avec grand plaisir ce ras de marée de couleurs et d’artistes qui nous ont inspirés ! C’est un partenaire qui continue d’être précieux car nous n’avons plus besoin d’acheter de livres, les étagères et les bacs de la médiathèque en regorgent ! Ce sont trois de mes anciens élèves qui reprendront d’ailleurs bientôt le flambeau, une vraie fierté pour la maîtresse que je suis de les voir autant aimer la lecture et d’avoir réussi à leur faire dépasser leurs difficultés de langage lorsqu’ils étaient petits.

Nous sommes le mardi 4 avril 2030 et je suis bien là où je suis …quand je regarde dans le rétroviseur et vois ces trente années déjà passées ici, à évoluer dans mon métier d’enseignante, à comprendre au fil du temps comment réussir à aligner ma vie à la maison, ce qui m’animait en 2021, ce qui m’a permis à l’époque de grandir et de découvrir le chemin d’une transition écologique qui était devenue plus que vitale pour notre planète et ma façon d’être et de vivre à l’école…je me dis waouh ! c’est quand même chouette et même si il y a eu des résistances, des hauts , des bas, des moments moins simples, des enfants plus difficiles…je me dis aussi que je fais un joli métier….et que je ne regrette pas ce choix d’avoir continué…. Je ne regrette pas non plus ce choix de la mairie de ne pas nous construire une nouvelle école comme il en était question il y a vingt ans, parce que ce choix de préserver l’existant, de le rendre plus économe en électricité, en eau, en chauffage a été finalement le meilleur des choix….

Ainsi cette petite escapade dans le temps, dans un futur qui n’est quand même pas si loin, s’achève…Je n’ai sûrement pas tout détaillé comme je l’aurai aimé mais au moins j’aurai essayé…certaines des choses décrites dans cette école de demain existent déjà dans mon école, elles seront je l’espère toujours et encore plus d’actualité en 2030 glorieuses….

Cette utopie écolière vous a-t-elle transportés comme moi dans un avenir pour l’école qui vous plairait ? Imaginez vous possible que de telles écoles ne soient plus juste que quelques exceptions ? Des écoles où le rythme de l’enfant est respecté, ses envies, ses intérêts mis au centre pour faire émerger tout un champ de possible pour son avenir…une école où l’enseignant devient un semeur de petits bonheurs, un explorateur, un empêcheur de rentrer dans des cases et des destins tous dessinés…

J’adore cette petite phrase,écrite dans mon agenda, pas plus tard qu’au mois de mars : «  A force de vouloir rentrer dans le moule, on finit par ressembler à une tarte » ( et pardon par avance à toutes ces délicieuses tartes aux pommes, au chocolat, à la rhubarbe… le sens est ailleurs !! ) N’essayons pas de rentrer dans le moule, dans ces injonctions pleines de paradoxes, ce flot de paperasse, de dossiers, d’enquêtes, d’évaluations en tout genre, de pressions…écoutons ce que nous disent les enfants, aidons les à grandir et à nous faire grandir, profitons de ces moments où hauts comme trois ou quatre pommes, leur regard s’émerveille d’un tout petit rien, leur rire nous fait oublier nos vies d’adultes parfois stressés, ces moments où leurs questions nous font découvrir de nouvelles choses ( parce que nous ne savons pas tout parfois, souvent… ) , ces moments où dans leur dessin le soleil brille plus que n’importe quel soleil dans le ciel et que l’on se reconnaît dans un bonhomme parfois drôle et plein de spontanéïté….

Et je finirai donc sur cette phrase mais aussi avec cette merveilleuse citation de Maria Montessori

«  N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui, ce monde aura changé lorsqu’ils seront grands. »

Merci par avance pour les mots que vous laisserez ici ou là , si cette modeste utopie vous a parlé, interpellé, interrogé, enchanté….au plaisir d’échanger avec vous !!!

4 commentaires sur “Fil de Campagne… Utopie écolière

  1. C’est en effet au moment où je partage mon utopie réaliste dans le bocal que je vois apparaître la tienne dans mon fil d’actualité !nous sommes comme toujours connectées 😉❤ Je suis très heureuse de t’avoir inspirée et donné l’envie d’écrire ta vision utopique mais réaliste d’une si jolie école ! La vie que tu y décris resonne fort avec celle que j’ai projeté pour les miens… c’est un cadeau à offrir pour nos enfants… cette transmission est si importante ! Vitale même ! je comprends parfaitement ton trop plein d’émotions lié à un bond dans le temps familial…c’est d’ailleurs ce qui a fait verser quelques larmes à ma moitié et ce qui a ému mes grandes ! Dans cette tempête émotionnelle n’oublie pas que je suis là ! Car notre amitié elle n’est pas utopique ❤☘🌸🌿

    J'aime

    1. Merci pour tes mots toujours si justes et précieux… Notre amitié n’est pas utopique en effet et elle nous permet d’avancer dans nos vies, nos projets de façon si souvent connectées et complémentaires… Merci encore ma belle et à très vite !!! 😘

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s