Lettre à mes loulous d’école pour aujourd’hui… et pour demain

Une fois encore aujourd’hui , c’est une lettre un peu spéciale que j’ai souhaité écrire et retranscrire ici. Elle me trotte dans la tête depuis plusieurs semaines….Une lettre adressée à mes petits élèves, à mes loulous d’école, mes petits zouaves, hauts comme trois ( ou quatre… ) pommes… Bien sûr ils ne savent pas encore lire mais je fais le vœu que leurs parents leur lisent ce courrier qui leur est destiné. Alors, ce ne sera pas de la grande littérature, parce que les mots, mes mots, de ce jour, sont pour les enfants ( et aussi pour les grands enfants qui continuent de l’être un peu… )

Il y a bientôt un an, je t’écrivais une lettre, à toi, mon p’tit loulou, mon zouave, mon petit héros du confinement. Voilà un an et nous n’en sommes pas encore sortis… Au delà de cette pandémie et de tout ce qu’elle a impliqué dans nos vies de grands, d’adultes, et dans ta vie, c’est pour des raisons plus urgentes et essentielles que je t’écris de nouveau.

Il y a peu, ton village, notre village, celui où je te retrouve tous les matins, a été inondé…

Des torrents d’eau et de boue ont coulé dans les rues, les maisons, et presque au pied de notre école. Tu en as entendu parlé, tu l’as senti, tu l’as vécu peut-être même dans ta maison et malgré cela, ton insouciance dans la cour de récréation, à sauter dans les flaques avec tes jolies bottes de pluie, a repris ses droits. Et c’est tellement mieux comme cela !

Je te regarde, haut comme trois, quatre pommes. Je t’entends rire, crier, chanter. Je te vois courir et jouer et ces derniers temps une immense tristesse me serre le coeur… de la honte et de la colère aussi….

Ai-je le droit de te parler de tout cela ? De ce qui me fait peur pour demain ? De ce qui m’inquiète pour nous , pour toi ….comment te parler de notre planète….pourquoi t’en parler d’ailleurs….

Oh bien sûr dans la classe, tu m’entends souvent, très souvent même, parler de Dédé, notre super bocal qui nous fait prendre conscience de ce que l’on jette ; tu vois et tu utilises les poubelles de tri, le compost ; tu fais attention à la lumière quand on quitte une pièce, tu m’entends te dire de ne pas gaspiller l’eau, tu me vois utiliser des petits bouts de papier pour écrire sans utiliser trop de nouvelles feuilles…tu adores les fuits que je te propose tous les matins sans emballage et sans pesticides….J’essaie de te transmettre ces petits gestes de bon sens, que nous avions perdu un temps…

Et puis j’aime tant parler avec toi de la nature, dans la cour, le coin pelouse, dans la classe…j’aime te parler des oiseaux, des graines, des petites bêtes, te faire sentir la menthe, le thym ou la citronnelle, regarder les potirons ou les courgettes pousser, les graines devenir des haricots magiques… j’adore te voir compter les pattes des araignées pour vérifier si ce sont bien des araignées !!! Comment ne pas penser que toute vie est précieuse ? J’essaie de t’apprendre à la respecter, à l’observer, à la protéger.

Et en faisant tout cela, je sais bien que j’essaie de te dire ou plutôt j’essaie de te dire «  excuse moi »….te dire que je suis désolée…Tu sais, quand on a fait mal, qu’on sait qu’on est allé trop loin et qu’il est trop tard déjà …mais que , quand même, « pardon » je vais essayer de me rattraper, de faire mieux….

Et bien tu vois, les pluies et les averses, les inondations, les oiseaux qui sont de moins en moins nombreux ( tu ne t’en rends pas bien compte je sais ,mais moi si … ) les vers de terre qui disparaissent dans les champs, les papillons et les abeilles qui meurent d’avoir butiner des fleurs pleines de produits chimiques, les ours polaires qui regardent fondre leur banquise parce que les températures sont trop chaudes, les tortues qui s’étouffent dans les sacs en plastique, les goélands qui avalent tout ce que nous laissons traîner sur la plage ou dans les rivières ( non, un goéland ça ne devrait pas manger un briquet ou un bouchon de compote de pommes ou de bouteille d’eau …. ) , les animaux qui disparaissent parce qu’on coupe les arbres des forêts dans lesquelles ils vivent , pour faire pousser à la place des céréales dont on ne devrait même pas avoir besoin pour se nourrir ou nourrir les animaux….

Tout cela , c’est la faute des adultes…Pas tous et pas toujours directement bien sûr, pour beaucoup d’entre nous , cela nous dépassent ! Encore que…. Et puis tous les adultes ne sont pas comme cela… Mais notre inaction, notre envie de tout avoir, de consommer, d’acheter plus que nécessaire, de vouloir toujours plus…c’est cela la façon d’y participer….c’est cela la cause….

Qu’on le veuille ou non, qu’on l’admette ou non, qu’on en ait conscience ou non, nous avons tous participé à ce désastre qui vient, cette extinction de masse des animaux, des plantes , qui est en train de se produire.

Tu ne comprends déjà peut-être plus tout ce que je te raconte là…J’utilise des mots bien encore trop obscurs pour toi, qui est haut comme trois, comme quatre pommes….

Mais voilà, je continuerai malgré tout, à parfois te parler comme à un grand, de ces gestes que l’on peut faire, à notre portée, à l’école, à la maison, au magasin…je continuerai de te parler de ce que les grands peuvent faire aussi pour changer…. Il le faut. Nous te le devons. Parce que nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas et nous ne pourrons plus faire semblant encore très longtemps… jouer à cache-cache avec le climat qui se dérègle, faire l’autruche, la tête dans le sable, devant les inondations, les tempêtes, en nous disant que c’est les autres….oublier le nom des oiseaux ou des animaux qui disparaissent….continuer d’acheter toutes ces choses qui finissent par être jetées seulement quelques minutes, quelques heures, quelques semaines ou mois après…

C’est un chemin difficile mais je sais qu’il y a aura aussi de jolies choses sur ce chemin, et je dois essayer de te montrer l’exemple même si je suis loin d’être parfaite et de tout savoir et c’est mon devoir d’emprunter avec toi cette route vers demain.

Elle commence aujourd’hui pour ne rien regretter, pour que cela ait du sens.

Sois courageux, sois courageuse, sois fort et forte et sensible aussi.

Garde cette insouciance, ces rêves, ces rires qui te vont si bien…

Croyons tous les deux, tous ensemble avec ceux qui t’entourent et qui t’aiment que cela est possible.

( merci d’avoir lu ces mots à vos enfants….merci de m’avoir lue…. )

4 commentaires sur “Lettre à mes loulous d’école pour aujourd’hui… et pour demain

  1. Ma fille ne va pas encore à l’école, mais je rêve qu’elle ait une institutrice avec les mêmes valeurs que les vôtres. Bravo pour ces mots!

    J'aime

    1. Merci, c’est très gentil, cela me touche beaucoup… Ce n’est pas évident de transmettre ce genre de choses, un peu compliquées pour des petits bouts mais j’ai espoir qu’à travers ce qu’ils comprennent et par leurs parents, le monde évolue et soit meilleur…. Merci encore !!! Belle fin de journée !

      J'aime

    1. Comme c’est gentil…. Merci, cela me touche énormément… J’ai cette chance d’être entourée de loulous adorables qui valent bien la peine de passer du temps, ce temps précieux où on les accompagne pour grandir… Et grandir un peu avec eux… Belle fin de journée et à très bientôt !!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s